Touriscopie

Partir ou ne pas partir ?

Juin-Juillet 2009

Malgré les espoirs de nombreux professionnels de sauver la saison et de sortir bientôt de la crise, les statistiques sont formelles.
Selon le Baromètre de l’OMT, le tourisme international a perdu 8% entre janvier et avril par rapport à la même période, l’an dernier.
Au total, le nombre des arrivées a chuté de 269 millions à 247, durant ces quatre mois. Des résultats qui laissent prévoir une chute générale de l’ordre de moins 6 à 4% pour la totalité de l’année 2009 !
Très touchée, l’Europe perd 10 points. D’autant que l’un des marchés les plus actifs, le marché anglais, a été très fortement affecté par la crise et la baisse de sa monnaie. La zone Amérique est en baisse de 5 points, à l’exception de l’Amérique du Sud où des pays comme le Brésil tirent leur épingle du jeu. En Asie et Pacifique, le déclin est de moins 6% et s’avère plus rapide que prévu. Au Moyen-Orient, le tourisme a connu une dégringolade de plus de 15%. Enfin, les résultats positifs enregistrés en Afrique, de plus 3%, reflètent la force des pays du Maghreb….
En France, le CETO observe sur les deux derniers mois (avril à mai), des chiffres en baisse de 11,8%, avec un recul fort sur les destinations long-courrier qui perdent 23,5% tandis que le moyen-courrier subit également une chute de 10,2%. Moins affectée, la France enregistre un retrait plus léger de 7,1%… D’ailleurs, selon les dernières estimations fournies par le secrétaire d’Etat, à partir du baromètre mensuel établi par TNS-Sofres : 85% des Français qui sont partis l’année dernière partiront cette année en vacances. Les intentions de départ des Français en France ou à l’étranger sont stables, à un niveau plus élevé que pour nos voisins européens. Elles atteignent 36% en juillet 2009 contre 37% en juillet 2008 et, 39% en août 2009 contre 44% en août 2008 .Les intentions de départ vers la France sont également stables : 26% en juillet 2009 contre 27% en juillet 2008 et 31% en août 2009 contre 30% en août 2008. Le budget devrait être stable. Mais, les étrangers seront moins nombreux à visiter notre pays !

Veille-marchés

• Les budgets des vacanciers de sept pays européens

La neuvième édition du baromètre Ipsos-Europ-Assistance n’aura pas cette année l’impact des années précédentes. Non que sa qualité laisse à désirer. Mais, mesurant les intentions de départ des habitants de 7 pays européens, il arrive relativement tard, après une série d’autres enquêtes tentant toutes de prévoir la fréquentation estivale. En tant que baromètre, il a cependant sa pertinence dans la mesure où il peut mesurer des évolutions.
Quant à ses indications sur les budgets des vacanciers, elles sont pour le moins précieuses car plutôt rares. Nous vous en proposons donc le détail.

• Les multiples façons de ne pas partir

Pendant que la plupart des instituts de sondages s’intéressent aux partants, l’Agence Nationale des Chèques Vacances avec  BVA  a choisi de s’intéresser aux non partants. Bien que les profils de cette population soient connus, de nombreux détails quantitatifs permettent de mieux comprendre les motivations des trop nombreux Français interdits de vacances !
Une bonne occasion aussi pour réfléchir de nouveau sur la question complexe du départ en vacances et sur celle de l’évolution de l’offre touristique.

Veille-tendances

• Twitter : un partenaire marketing

Considéré il y a peu comme une marotte pour fanatiques du Web, Twitter est devenu en peu de temps l’un des sites les plus populaires parmi les professionnels du voyage. Avec ses 140 caractères autorisés, il permet de contacter un nombre impressionnant de clients potentiels afin de leur faire part d’une promotion.
C’est ainsi que la communauté des « Nextgen travellers » s’amplifie continuellement et développent de nouvelles attitudes, toujours en mouvement. C’est aussi comme cela que les réseaux sociaux deviennent de véritables outils de marketing.

• Les 8-12 ans, en passant par la case console

Au moins à égalité avec la lecture de bandes dessinées et autres mangas, les jeux vidéo occupent le quotidien des jeunes. Avec une montée en puissance des filles et familles attirées par une offre nouvelle. Mais, les jeux sur écran détrônent-ils les jeux traditionnels ? Probablement pas. Sauf, qu’il convient d’être toujours dans le coup pour satisfaire les goûts des petits.

• L’irresponsabilité des citoyens responsables

Qu’on ne se leurre pas ! La conscience écologique a beau progresser, le voyageur « responsable » appartient encore à une espèce rare !
Pour une fois, une étude américaine met le doigt sur la face cachée de ces voyageurs qui, une fois hors de leur domicile, ne changent plus grand chose à leurs comportements et qui se révèlent plus économes qu’ « écolos » !

Veille-produits

• L’hospitalité revue et corrigée

Innovante il ya peu, la vague consistant à inciter les populations locales à « copiner » avec les populations touristiques, s’amplifie. Intégrée à des stratégies de développement durable, elle est coordonnée, structurée, encadrée par les politiques. Au point de nous faire oublier que le tourisme non marchand fonctionne depuis des lustres sur un modèle d’accueil qui n’en finira jamais de démontrer ses qualités !

• Le ciel en panne d’image

Avec l’avénement du low-cost, le ciel était en passe de devenir « à tout le monde » ! Considéré comme nettement moins coûteux qu’un billet TGV pour Marseille, le billet d’avion avait les capacités d’attirer dans les aéroports les couches moins favorisées des voyageurs. Mais, crise oblige, l’aérien bat de l’aile et doit avoir recours à des stratégies pour le moins impopulaires pour rentrer dans ses frais ! Conjugué avec son image de pollueur, va-t-il continuer de dominer le secteur du voyage ?

Veille-sociologie

• Le plein air à l’aune des évolutions socio culturelles

En phase avec les paradoxes de notre société, l’hôtellerie de plein air est en passe de remporter une partie de la donne estivale.  Un succès du à ses progrès en matière de qualité mais aussi à une série d’évolutions culturelles qui, en un siècle, ont joué en sa faveur et en faveur du plein air d’une façon générale.  Rétrospective…

• Les boomers sont comme ça !

On croyait tout savoir sur la génération du baby-boom. Et bien, non ! Plus le monde change, plus les boomers changent avec lui. Leur refus de vieillir et de lâcher les rênes, en fait une avant-garde qui réserve encore bien des surprises aux autres générations et aux experts qui tentent de les ausculter.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.