Touriscopie

Structuralisme et tourisme


Structuralisme et tourisme ?
  Novembre 2009. Numéro 119


Quand on boucle un journal ayant trait au tourisme, le jour de la mort de Claude Levi-Strauss, il est difficile, voire impossible, de ne pas tenter de faire un lien entre les travaux de l’anthropologue et l’expérience des millions de voyageurs qui, dans le courant du vingtième siècle, allaient parcourir le monde, en quête de découvertes humaines et patrimoniales !
Pourtant, Claude Levi-Strauss n’avait pas hésité, en préambule à l’écriture de son œuvre maîtresse « Tristes Tropiques », a assurer qu’il n’aimait ni les voyages, ni les explorateurs ! Ceux-ci avaient-ils déjà mauvaise presse auprès de l’intelligentsia ?

En faveur de la nature

C’est cependant à travers un voyage, au Brésil, et une exploration méticuleuse de la vie quotidienne des tribus indiennes qui, dans les années 30, y vivaient encore selon leurs modes de vie primitive, qu’il jeta les bases d’une théorie qui allait porter très loin, la pensée française : le structuralisme.
Bien que contesté dans les années 70, le structuralisme qui avait pour but de mettre de l’ordre dans l’apparent désordre que présentaient les mythes, les rituels, le langage, les coutumes, est aujourd’hui redécouvert comme le socle de l’anthropologie. Car, le structuralisme c’est la recherche de l’unicité de l’homme à travers sa diversité et la conviction que, derrière leurs différences, toutes les sociétés y compris les plus « sauvages », obéissent à un mécanisme unique et universel.
Claude Levi-Strauss avait bel et bien compris l’universalité du genre humain. C’était aussi pourquoi, il s’était montré un ardent défenseur de toutes les cultures, y compris et surtout des plus primitives. C’est aussi pourquoi, il s’était révélé avant les autres un protecteur passionné de la nature que l’homme moderne, dans sa toute puissance, tentait de dominer !

Derrière l’uniformisation
 
Avec l’âge, l’anthropologue qui aimait à rappeler que la terre à sa naissance, ne comptait qu’un milliard et demi d’habitants, regrettait plus que tout les méfaits de l’homme sur la planète. Lui qui avait défendu la diversité, déplorait l’uniformisation. Au point d’être convaincu que, désormais, il conviendrait de rechercher la diversité derrière l’uniformité…
L’industrie culturelle et touristique avec sa tentation permanente de retrouver le passé, ses différences et leur sens, s’y emploie. Ne contribue-t-elle pas cependant en partie au nivellement de la culture terre ?

SOMMAIRE

VEILLE-COMPORTEMENTS

• Le touriste ne deviendra pas éthique
La « green attitude » est d’ores et déjà la seule attitude touristiquement correct. Tous les opérateurs, les uns après les autres, n’auront bientôt d’autres choix que de déployer des gestes en faveur de l’environnement pour être conformes aux aspirations de leurs clientèles.
Mais ces clientèles vont-elles en faire autant et épouser des attitudes éthiques ? De plus en plus, malgré les discours médiatiques positifs, les observateurs en doutent. Parmi eux, Zigmunt Bauman, l’auteur du concept de « vie liquide » avance des arguments imparables. Lesquels ?

Un consommateur multiple et mutant
Puisque les actes quotidiens sont les plus révélateurs de changement, voyons comment l’évolution des comportements d’achat reflète les trois phénomènes majeurs de notre époque : la crise, la contrainte écologique, la révolution électronique ! Trois phénomènes affectant au même titre le consommateur de voyages.

Les rapports des Français à la culture – 2 fiches-
Tous les dix ans, le ministère de la Culture mène une grande enquête
sur les pratiques culturelles de nos concitoyens. Reflet unique, exhaustif
etévolutif de notre société et de ses rapports avec le fait culturel,
cette enquête a beau avoir été très commentée, elle n’en mérite pas
moins d’être réexaminée en détails, à la lumière des éclairages qu’elle
peut apporter sur les pratiques touristiques.

VEILLE-TENDANCES

• Le monde selon Google, un nouvel impérialisme

Dans un univers où les nouvelles technologies font la loi, le roi Google impose ses propres règles avec tellement de succès qu’il révolutionne non seulement les comportements humains, mais des pans entiers de l’économie !
Pour le meilleur ou pour le pire ?

VEILLE-MARCHES

• Vacances des Européens, bilan mitigé
Dans notre numéro 114, avant l’été, nous avions publié les grandes lignes d’une étude réalisée par Eurobaromètre, sur les intentions de vacances des Européens des 27 pays de l’Union.
Six mois plus tard, une nouvelle enquête fait le point sur la réalité de ces vacances 2009. Elle relève peu de différences entre intentions et réalité. Elle confirme cependant bon nombre de points et invalident ou nuancent quelques rumeurs…
 
VEILLE-PRODUITS

• La folle course aux retraités. La France est en retard ?

Les retraités constituent de toute évidence une manne pour le secteur touristique, à condition de savoir l’attirer. Partout dans le monde, de nombreux pays sont sur les rangs. Lesquels et pourquoi ?

International : de nouvelles tendances : Golf, Afrique, luxe…
Euromonitor n’est pas optimiste pour les mois à venir. Prévoyant que globalement, les arrivées pourraient baisser de 8%, il prévoit un déclin dans l’hôtellerie de l’ordre de 16% et dans l’aérien de l’ordre de 16% ! Pourtant, l’institut décèle aussi des frémissements dans certains secteurs. A l’occasion du WTM, il les a exposés dans une étude que nous commentons…

• De la nostalgie à la mémoire : comment récupérer l’histoire
La chute du mur de Berlin constitue sans doute l’un des événements les plus marquants de l’après-guerre. Célébré avec les égards qui lui sont dus, il est aussi récupéré par l’industrie touristique. Ce qui est somme toute normal ! Mais, le type de nostalgie mise à contribution pour l’occasion est toute particulière. Qualifiée d’ « ostalgie », elle démontre que , mieux vaut parfaitement connaître l’histoire, pour en faire un usage réussi !

RENDEZ-VOUS SUR LE SITE, RUBRIQUE : ALERTES,
POUR Y TROUVER D’AUTRES INFORMATIONS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.