Touriscopie

TOURISME ET CRISE

Septembre 2011. Numéro 139

4461 new york algosophette

Une rentrée improbable

Selon le secrétariat d’état au tourisme, le bilan de la saison estivale n’est pas mauvais. Euphémisme ! Il serait même plutôt bon, malgré une météo médiocre en juillet ou une invasion d’algues vertes comme dans les Côtes d’Armor qui aurait fait perdre 800 000 euros aux professionnels du tourisme départementaux !

 

L’hôtellerie, le camping, les résidences locatives… se sont remplis, avec une fréquentation étrangère plus abondante que prévu, notamment en provenance des Bric et surtout du Brésil. Une dernière nationalité qui arrive dans la capitale plus nombreuse que prévu !
Pourtant, si Paris tire indéniablement son épingle du jeu et confirme son attrait, tandis que la Côte d’Azur affiche également d’excellents résultats, toutes les régions de France n’ont pas été aussi choyées par les touristes. Selon la FNCRT, « le déséquilibre du paysage touristique reste criant… et la France perd chaque année des parts de marchés ».
Par ailleurs et surtout, alors que, globalement la fréquentation française affiche un mieux sur les marchés internationaux, il n’en reste pas moins que les estimations concernant les départs en vacances des Français n’ont pas été encore faites.

 

Le seront-elles ? Alors que les turbulences économiques n’ont jamais été aussi fortes et que les états affichent désormais leur impuissance, les vacanciers des classes moyennes n’ont certainement pas multiplié les dépenses en sorties, restaurants, activités diverses.

 

Quant aux voyagistes, toujours affectés par l’effet « révolution arabe », ils n’ont pas retrouvé de couleurs. Selon le Ceto, leurs baisses effectives seraient en léger retrait –voir encadré page 4- d’autant que l’Egypte et la Tunisie comptent toujours des baisses vertigineuses de l’ordre de 50% !
Alors que la rentrée constitue habituellement une période optimiste où, malgré le désenchantement des retours, on prend de bonnes résolutions pour l’avenir, cette rentrée marquée par les commémorations du 11 septembre 2001 –un événement qui aurait provoqué la peur de l’avion parmi 19% des Français-, les plans de rigueur dans bon nombre de pays occidentaux, la menace de mort de l’euro, l’agonie de la Grèce dont le sauvetage reste compromis par les tergiversations des pays membres, est loin de respirer l’espoir de jours heureux.

 

Pire ! N’a-t-on pas appris que l’aide alimentaire aux plus démunis risquait d’être coupée par Bruxelles !
Improbable pour les Occidentaux, l’avenir l’est aussi pour les professionnels du tourisme. Alors que certains chercheront à confirmer les bons chiffres de l’été, d’autres devront prospecter de nouveaux marchés à l’abri des crises… Lesquels ?
A peine dix ans après une entrée glorieuse dans le troisième millénaire, le monde a bel et bien basculé d’ouest en est et démontré sur tous les plans les limites des systèmes mis en place par les peuples dominants.
 

Veille comportements

 

• Les « free lifers » gagnent du terrain : le tourisme n’est pas épargné
Effleurée depuis plusieurs années, confirmée depuis quelques mois, la montée en puissance d’un mouvement alternatif baptisé globalement « free-life » confirme l’installation de nouveaux modes de consommation et de vie n’épargnant pas l’industrie touristique.
Veille tendances

 

• Cafés et tendances 2011 : solidaires, écolos, coopératifs -2 fiches-

 

Radars et vigies à la fois, les cafés suivent les nouvelles modes et courants sociologiques et les adoptent avec une réactivité spectaculaire. Observer l’évolution des cafés c’est donc bel et bien mettre le doigt sur les métamorphoses de notre société…
Quant à l’intérêt de ces établissements pour des clientèles touristiques, il n’est plus à démontrer. Etapes incontournables, les cafés ont beau voir leur nombre diminuer, ils demeurent notre reflet le plus fidèle et le plus pittoresque.

Rumeurs et faux avis : la théorie du complot version web2.0

 

Les avis d’internautes émis sur l’ensemble des sites, notamment touristiques, constituent l’un des derniers poisons auxquels la profession doit faire face. Il faut dire que la caisse de résonnance planétaire de ce bouche-à- oreille électronique a de quoi polluer une réputation et mettre sur le tapis certains opérateurs. Surtout, lorsque les avis sont faux ! Malheureusement, le mal est fait et risque de durer

• Jardins : le paradigme du bien vivre : un tourisme de plus en plus porteur -2 fiches-

 

De plus en plus divers, les jardins se montrent capables d’attirer de nouveaux publics touristiques. Plus que la vague écologique, il est vrai que le jardin individuel est devenu la clé de voûte d’une vie harmonieuse et, le paradigme de l’épanouissement personnel.
D’Epicure à Voltaire, les philosophes ne s’y sont pas trompés : « il faut bel et bien cultiver son jardin ».

Veille produits
La jungle du bien-être : une offre floue pour un marché complexe

 

Le marché du bien-être n’est pas près de se tarir. L’offre non plus. Mais, face à une demande plurielle, celle-ci se diversifie encore et toujours et se confond parfois avec l’offre de tourisme médical. Une étude réalisée par le Global Spa Summit tente de faire le point sur un marché encore loin d’être clarifié, dans 12 pays considérés comme leaders dont la France ne fait pas partie.

• Le gay-friendly se durcit : mais, la fête bat son plein

 

Convoitée pour son pouvoir d’achat plus élevé que la moyenne, la population gay se sent de plus en plus à l’aise dans bon nombre de destinations ayant adopté la démocratie comme système politique et la tolérance comme état d’esprit.  De mieux en mieux organisée, elle devrait continuer de développer cette forme de tourisme communautaire… mais, en durcissant ses règles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.