Touriscopie

UN TOURISME AMBIGU

 

Un tourisme ambigu

 

Adri34121491026707 gros-2

  Février 2012. Numéro 144

 

Que nous inspirent les événements de ces derniers jours ? Tout d’abord, à l’unisson avec l’opinion majoritaire, nous avons bien compris que la crise économique n’avait pas achevé ses ravages et que les mois à venir ne seraient guère brillants. Car, une fois de plus, les bons scores des vacances d’hiver en montagne démontrent simplement que les 7% de la population adepte des sports d’hiver, ne sont pas touchés par les défaillances économiques.

Tout le monde a également intégré que les prochaines élections présidentielles allaient bousculer les agendas de ces privilégiés que sont aussi les vacanciers de printemps, mais peu ont compris que la politique touristique qui allait découler de ces élections pouvait être très opposée.

En effet, entre un tourisme de droite qui, par la bouche de son représentant Daniel Fasquelle a pour objectif 100 millions d’arrivées internationales … et un tourisme de gauche –par la voix de Jean Bernard Bros, qui souhaite la qualité et la quantité et entend bien remettre à l’honneur les vacances pour tous, les points de vue divergent.

Autre message unanimement compris mais ambigu : l’Allemagne devait être un modèle ! C’est bien pour cela que l’on a même émis l’hypothèse en haut lieu, d’encourager les touristes allemands à aller dépenser leurs euros, en Grèce. Une initiative généreuse qui pourrait effectivement soulager quelques uns des Grecs impliqués dans le secteur touristique. Mais certains vacanciers déjà, craignant des hausses de prix intempestives, du racket et des marchandages… hésitent à aller passer leur été au « pays des dieux ».

Quant aux vacances sauvetages en Tunisie et en Egypte, la majorité entend bien l’urgence de les pratiquer, mais les prévisions pour les mois à venir sont loin d’être optimistes pour ces pays sinistrés.

En revanche, il est des destinations qui gagnent en permanence de nouveaux clients. Ce sont Dubai, Abu Dhabi, Oman… Certes, ces émirats ne partent pas de très haut, mais, une augmentation de 6,5% pour Dubaï, sur une base de plus de 2 millions de touristes, ce n’est pas si mal. Abu Dhabi qui enregistre pour sa part une progression de 22% de ses nuitées, affiche également une santé insolente. Même s’il faut reconnaître que 45% de ces touristes proviennent des populations du Golfe.

L’histoire n’est donc pas juste. Car, au moment où des pays arabes qui se sont engagés dans une révolution démocratique enregistrent des chutes retentissantes de leur tourisme, des états profondément autoritaires et religieux attirent dans leurs filets de plus en plus de visiteurs. Séduits par des images fastueuses mettant en scène une mythologie liée aux Mille et une nuits associée à de puissants gestes architecturaux propulsant des tours à 800 mètres de haut, ces visiteurs témoignent de la superficialité de la condition de touriste.

Entre l’image d’une Arabie heureuse et les expériences démocratiques chaotiques, le touriste fait souvent des choix égoïstes. Comme si la distance transformait invariablement la réalité en mirages !

 

SOMMAIRE 144

 

Veille-marchés

• Portrait d’une Europe en crise : les classes moyennes optent pour l’économie

Par les temps qui courent, les classes moyennes –soit 60% de la population- font l’objet de nombreuses observations et analyses. Essentielles pour faire tourner la machine touristique, elles font aussi l’objet de regards contradictoires. Entre situation réelle, situation perçue et situations individuelles, les constats sont variables ! Ils le sont aussi entre Europe de l’Est et de l’Ouest. Mais, globalement, dans une Europe en crise, force est de souligner que leurs dépenses sont irrémédiablement à la baisse. Notamment leurs dépenses de loisirs et voyages

 

Veille-comportements

• La mosaïque des internautes : De la réticence à l’habitude

Si l’usage du Net en matière d’information touristique est indéniable, la réservation et l’achat ne vont pas forcément de soi. Surtout quand il s’agit de voyages complexes, impliquant à la fois des recherches de billets d’avion, d’hôtels ou autres locations de voitures…  Se révèle alors un marché plus hétérogène qu’il n’y paraît, composé d’une série de sous populations d’internautes plus ou moins avertis, plus ou moins aguerris, plus ou moins réfractaires au commerce électronique …

 

Veille-produits

• Carnavals, une tradition post moderne : en pleine renaissance

Le carnaval n’est pas mort. Bien au contraire. Ressurgi des limbes du Moyen-âge, il est redevenu depuis plusieurs décennies, le catalyseur de l’animation publique locale. Grâce à des efforts renouvelés et des budgets conséquents, il est également la locomotive d’un tourisme hivernal en quête de festivités et d’émotions fortes. Il est enfin le creuset des aspirations de la post modernité !

 

                            • Asiatisation du monde : une tendance irréversible

L’une des questions que l’on s’est posée il y a quelques années, concernait la propagation de l’influence asiatique sur le monde occidental et ses capacités à en submerger la culture. Avec quelles conséquences pour le secteur touristique ? Aujourd’hui, les réponses sont plus claires et leurs conséquences sur le tourisme, aussi.

 

• Veille-stratégie

Musique et tourisme : le silence des opérateurs touristiques -2 fiches-

Écouter de la musique demeure la pratique culturelle préférée des Français. Sous toutes ses formes, la musique est d’autant plus appréciée qu’elle se renouvelle en permanence et possède de multiples atouts, en particulier émotionnels. De plus, elle est plus mémorisable que n’importe quel visuel. De bonnes raisons pour en faire un meilleur usage dans le secteur touristique !

 

• La grammaire des couleurs : une grammaire profondément culturelle

Le secteur touristique communique essentiellement à l’aide d’images. Images fixes ou mobiles diffusées aujourd’hui sur une pléthore de canaux, ces images se sont dotées depuis une bonne soixantaine d’années, de couleurs. Une bonne façon d’optimiser leurs capacités de séduction.
Mais, à l’heure où les clientèles sont en pleine diversification et proviennent de tous les continents, mieux vaut savoir et admettre que le langage chromatique n’est pas universel.

Soumis aux systèmes de modes, il est également et surtout, soumis aux codes culturels observés par les différents peuples de la planète et, entraîne selon les traditions, des perceptions plus ou moins positives…. 

Voilà pourquoi, nous avons choisi d’évoquer la symbolique des principales couleurs utilisées dans ce secteur : le blanc et le noir, le bleu, le vert, le jaune et le rouge…

 

• Signal fort, signaux faibles : les phénomènes à suivre pour entrevoir l’avenir

Les signaux faibles sont entrés dans le langage courant. Il est devenu normal de faire appel à eux pour tenter de détecter des phénomènes d’avenir, baptisés pour leur part : signaux forts. Cependant, tous les signaux ne sont pas de même nature. Certains concernent des secteurs relativement familiers comme  l’économie, alors que d’autres concernent des secteurs plus hermétiques comme la science, les sciences humaines, les technologies, les biotechnologies…. Ils n’en sont pas moins dénués d’intérêt. Car, dans un avenir plus ou moins lointain, ils auront un impact sur notre quotidien et sur le secteur touristique. Lequel ? Là, se situe la question…

 

RETROUVEZ LA CHRONIQUE DE JOSETTE SICSIC : LA TOURIST ATTITUDE 

 SUR : WWW.TOURMAG.COM 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.