Touriscopie

TOURISME EN MOUVEMENT

TOURISCOPIE N° 159. Juin 2013

 Japonaise

Les Chinois ont probablement abordé le continent américain dès 1410, donc bien avant Christophe Colomb. Mais, à cette époque l’empire du Milieu n’avait pas de visées hégémoniques. Refermés sur eux-mêmes, les Chinois ont plutôt eu à cœur d’édifier d’immenses barrières capables de protéger des intrusions extérieures leur grande civilisation.

Cinq siècles plus tard, ce peuple industrieux malmené par guerres et révolutions, soumis alternativement aux lois du libéralisme puis à celle du collectivisme un petit Livre rouge à la main, n’a plus les mêmes égards et le même regard sur le monde extérieur.

Réveillée, la Chine se livre non pas à un colonialisme porteur de civilisation comme il en fut il y a deux siècles, mais à un colonialisme économique dont elle n’exclut ni l’industrie du transport ni celle du tourisme, ni même celle du vin… Trois grands crus du Bordelais viennent encore de passer dans les mains d’acheteurs de Hong Kong. Quant à l’OPA amicale sur le Club Méditerranée qui vient de se produire, elle débouchera de l’avis général, sur une annexion de l’un des plus beaux fleurons de notre patrimoine touristique.

Nul ne s’y était trompé, dés l’entrée dans le capital du Club de Fosum. Demain, les G.O et les G.M seront en partie chinois… Mais, pourquoi pas ?

S’il est de bon ton de verser une larme sur la fin programmée de l’hégémonie européenne dans le secteur touristique, il n’est peut-être pas inutile de noter que, dans une économie mondialisée, le tourisme dont la mission sous jacente est de rapprocher les peuples et d’introduire un peu de cordialité sur la carte géopolitique, a beaucoup à gagner sur le plan humain de ces transactions commerciales. D’autant que le continent européen restera sans doute encore longtemps la destination favorite de nombreux visiteurs. 

… L’Europe a d’autant plus à gagner qu’elle peut ainsi véhiculer ses modèles culturels à travers le monde sans avoir eu besoin auparavant de planter ses drapeaux sur des sols qui ne lui appartiennent pas. Avec les conséquences que l’on sait !

… Si le vent tourne à l’est, moyennant quelques précautions et protections, il ne devrait donc pas se transformer tout de suite, en tempête !

 

SOMMAIRE DU NUMÉRO 159

VEILLE-TENDANCES

• La montée en puissance du religieux : un certain tourisme à l’œuvre – 2 fiches-

Nietzsche serait sans doute étonné de constater qu’au pays de Voltaire, Dieu est bien loin d’être mort. Si les pratiques changent, le sentiment d’appartenance religieuse demeure. En 2012, 56% des Français déclaraient croire en Dieu. Face au délitement des valeurs républicaines, à l’appauvrissement du lien social, et à l’explosion de la famille traditionnelle, grand nombre de nos compatriotes éprouvent le besoin de renouer avec une communauté religieuse et de recréer des liens spirituels. Cette tendance, loin d’être négligeable, est nettement observable dans le secteur touristique. Des traditionnels pèlerinages aux retraites spirituelles, chaque religion conçoit des modes de voyages correspondant à sa foi et à sa culture.

• La marche revisitée : sagesse, résistance, liberté…

La randonnée est indéniablement l’un des grands succès touristiques de ces dernières années. Et rien vraisemblablement n’arrêtera son développement dans les années à venir. Stimulée par les récits et expériences d’une avant-garde, elle emprunte en effet des chemins singuliers et multiples qui, du pèlerinage à la simple promenade, aident tout un chacun à « exister » !

Analyse à la lumière d’impressions de route…

 VEILLE-PRODUITS

Ces concepts qui ont la vie dure : Center-parcs, Homelink, les auberges de jeunesse -2 fiches-.

Cette année, Homelink fête ses soixante ans, Center Parcs France célèbre  les 25 ans de son implantation en France,  la Fuaj inaugure une nouvelle auberge de jeunesse à Paris… D’une décennie à l’autre, certains concepts surfent sur l’histoire avec adresse et, moyennant quelques aménagements, affichent une nouvelle jeunesse. Est-ce la preuve qu’en matière d’innovation, une adaptation intelligente et régulière à l’air du temps suffise à rendre indéfectibles certains modèles ? Probablement…

Les cérémoniels contemporains : Harley Davidson et 2CV à l’heure des grands rassemblements.

Les grands rassemblements sont indéniablement dans l’air du temps. A la fois spectacles, pèlerinages, parades, grands messes, ils n’en desservent pas moins chacun à leur façon les intérêts de l’industrie touristique.

Pour l’exemple, nous avons enquêté sur deux grands types de rassemblements : ceux des « fans » de 2CV et de Harley Davidson.

 VEILLE-PROSPECTIVE

Nous sommes tous des digital-natives : le cerveau de l’homo-turisticus en plein changement.

L’utilisation massive des nouvelles technologies ne peut qu’avoir des conséquences sur ses utilisateurs. Non contentes de faire évoluer nos comportements, les technologies changent radicalement notre cerveau. Avec des conséquences non négligeables sur notre vie quotidienne mais aussi sur notre façon de faire du tourisme. Mieux !  Aujourd’hui, la recherche nous permet d’affirmer que les « digital natives » ne sont pas les seuls à être influencés par l’usage des technologies. Nous le sommes tous et, pour longtemps. Comment ?

VEILLE-DÉBAT

• Les mutations en débat : Et leur incidence sur le touriste.

Alors que notre société est confrontée à toutes sortes d’inquiétudes nées des progrès technologiques, des événements géopolitiques et de cette interminable crise économique, bon nombre de mutations tant sur nos comportements que nos façons de penser et d’être, sont en train de creuser leur sillon.

Invisibles pour certains, ils n’en sont pas moins suffisamment profonds pour être détectés, discutés et compris. Car à court terme, tous les secteurs, y compris le tourisme, en sont affectés.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.