Touriscopie

LA RENTREE DE TOUS LES POSSIBLES

TOURISCOPIE. N° 160. Août 2013

IMG 1549Cet été, les Français ont mis en tête des hit parades des libraires deux ouvrages philosophiques. L’un sur Montaigne « Un été avec Montaigne », l’autre sur la possibilité de vivre dans une société non commerciale : « La sobriété heureuse » de Pierre Rabhi… La course au bonheur n’en finit donc pas de mobiliser nos contemporains.

D’ailleurs les magazines profitent eux aussi du phénomène pour nous aider à donner un sens à nos existences.

A coups d’exégèses sur les sagesses antiques grecques et asiatiques et sur les philosophes des siècles derniers, ils tentent de nous démontrer que le bonheur, cette « idée neuve » à l’époque révolutionnaire est aujourd’hui devenu indissociable de nos existences. Ne serait-il même pas devenu obligatoire ?

Certes, il est de bon ton de prôner à la façon de Michel Onfray, l’hédonisme dérivé de la pensée d’Epicure qui, malgré la disparition de l’essentiel de ses écrits, a tenté de délivrer l’Occident de la peur de la mort et l’esprit de ses désirs inutiles. Le tout pour atteindre la fameuse « ataraxie » !

Le stoïcisme a également toujours ses adeptes et Sénèque tout comme Lucrèce continue de prôner la vertu comme arme contre le malheur… Alors que, plus moderne, le sociologue allemand Hartmut Rosa préconise de se remettre « en résonance » avec un monde mis à mal par la modernité…