Touriscopie

LES ETES SE SUIVENT ET SE RESSEMBLENT

TOURISCOPIE. N° 170. Août 2014

IMG_3290

Alors que le soleil semble enfin décidé à réchauffer la France et les vacanciers de septembre, le tourisme hexagonal fait déjà grise mine, évoquant le délitement des dépenses estivales, la baisse endémique de fréquentation, le mauvais temps et autres phénomènes désormais plus structurels que conjoncturels.

D’un été à l’autre, depuis 2008, l’humeur des Français varie peu. Pourtant, cet été aura été marqué par quelques drames inhabituels : un nouveau crash aérien pour la Malaysian Airlines et un autre pour Air Algérie, démontrant que la loi des séries n’est pas qu’une vue de l’esprit. Et puis, il a été marqué par plusieurs conflits armés dont l’un a déstabilisé le tourisme d’un Proche Orient déja bien mis à mal par la guerre syrienne et, désormais, par des velléités de création d’un nouveau califat ! Horreurs et violence également dans l’est de l’Ukraine, aux conséquences humaines, diplomatiques et touristiques inévitables. Œil pour œil, dent pour dent : aux sanctions économiques occidentales, les touristes russes répondent par une désertion de nos destinations. Mauvais vent encore en Afrique, avec l’épidémie non conjurée d’une maladie infectieuse fatale… Et, en pleine Méditerranée, avec ces drames permanents de l’immigration clandestine  tuant tous les ans, des milliers d’Africains…

Certes, pour remonter le moral des Français, les désormais habituelles statistiques concernant les arrivées touristiques internationales, ont reclassé la France en haut du podium avec 84,7 millions d’arrivées, devant les USA et l’Espagne… De quoi flatter notre ego centrisme. Sauf que, désormais, nul n’est vraiment dupe. Les médias ont découvert le pot aux roses et, se font une joie d’expliquer que l’hexagone est bien moins fréquenté qu’il ne le prétend. Experts à l’appui, on remet les chiffres plus ou moins en place et l’on relativise les performances nationales. On relativise aussi un ensemble de données concernant le secteur comme si celui-ci ne supportait plus l’approximation.

Il est vrai que le tourisme se voit accorder dans les médias une place bien plus large qu’auparavant. Et, surtout une place différente. Les articles « cartes postales » vantant richesses et pittoresque, sont toujours omniprésents, bien que concurrencés par les blogs et les avis des voyageurs, mais une nouvelle génération d’articles de fond, tendance socio ou tendance économie, déferlent sur les antennes et sur les écrans. Tout le monde est plus ou moins touriste, tout le monde s’intéresse au tourisme et un ministre des affaires étrangères semble prendre les choses en mains, sur le plan international tout au moins. Ce qui est peu mais, suffisant pour revaloriser une industrie dont on attend bien-être, emplois, équipements supplémentaires, entrées de devises et prestige. On vient même d’apprendre que Laurent Fabius a créé un conseil de promotion du tourisme, qui se tiendra régulièrement sous sa présidence…

Sommaire

VEILLE-MARCHÉ

 • Young and shining India : Le marché prometteur des jeunes Indiens – 2 fiches-

 Le tourisme indien ne fait pas encore de prouesses sur le marché français. Ni, sur le marché international d’ailleurs où l’on ne compte que quelque 14 millions de touristes en provenance du sous continent. Pourtant, malgré des lenteurs, il pourrait bien finir par décoller grâce à la nouvelle génération de jeunes Indiens, désormais reconnue comme la plus dynamique du monde, tant sur le plan démographique qu’économique. Tour d’horizon !

 • Le marché mexicain, ce méconnu : Une identité double ?

Bien que proche culturellement, l’Amérique latine ne fait pas non plus d’exploits sur le tourisme français. Alors qu’Atout France a sondé en profondeur le marché brésilien pour y intensifier ses efforts promotionnels, le Mexique reste un méconnu. Pourtant, avec une population de 120 millions d’habitants et des prévisions de croissance économique de l’ordre de 3 à 3,5 points, le Mexique confirme son statut de grande puissance.

• Les marchés du Golfe évoluent : Vers un « panarabisme » touristique

Considérée comme acquise, la clientèle des pays du Golfe est traitée avec la déférence due à son pouvoir d’achat exorbitant. Mais, les clichés sur son compte s’accumulent alors que là comme ailleurs, une nouvelle clientèle émerge, et qui plus est dans ce qui deviendra l’une des régions les plus touristiques du monde.

VEILLE-TENDANCES

• Quand le vent tourne : Les nouvelles stars du tourisme urbain

La planète tourisme a change d’autant plus vite que ses plus beaux fleurons, ses capitales, se situent de moins en moins dans les pays occidentaux, et de plus en plus en Asie et au Moyen et Proche Orient. Preuve est donc de nouveau faite, des risques courus par le tourisme européen, à plus ou moins court terme.

• Les prochains marchés asiatiques : Qu’en attendre en 2020 ?

 Puisque le monde entier a les yeux tournés vers l’Asie et ses immenses capacités à exporter des touristes, qu’en est-il exactement de ce puissant réservoir de clientèles ?En dehors de la Chine qui restera incontestablement le marché le plus porteur, voici un panorama des prévisions concernant 2020,10 pays.• Asie :
• Domination culturelle : Qui l’emportera ?Les immenses flux touristiques intra asiatiques auxquels nous assistons, sont-ils de taille à modifier les tendances socio culturelles en Asie ? A moins que l’attrait pour certaines capitales asiatiques, ne reflète d’ores et déjà la domination culturelle d’un pays ou d’un autre, sur le reste du continent ?Un vaste sujet méritant de longues réflexions et de longs développements. Néanmoins, le simple fait de se poser la question constitue un moyen d’aborder avec un regard plus réaliste les clientèles en provenance de ces pays et surtout des évolutions asiatiques.VEILLE- PRODUITS• L’hôtellerie mise sur les jeunes : Le « baba chic » devient un modèle 

Longtemps considérée comme une clientèle peu rentable, laissée volontiers entre les mains du tourisme associatif, la clientèle jeune séduit de plus en plus les opérateurs privés. Un peu partout dans le monde, de nouveaux établissements ouvrent leurs portes à de « nouveaux jeunes » aux portefeuilles bien garnis, avec des concepts innovants à première vue. Se crée peu à peu un style : le baba chic !

VEILLE-PROSPECTIVE

• Les animaux, nos égaux ? Le tourisme animalier survivra-t-il à l’évolution des mentalités ?

Il n’y a pas si longtemps, dans nos pays porteurs de liberté et d’émancipation, l’exposition coloniale de Paris exhibait des humains en cage devant 30 millions de visiteurs. Heureusement, banni de nos sociétés, ce type de spectacle a été remplacé par celui mettant en scène des animaux. Du cirque à la corrida en passant par le zoo, le safari ou les shows aquatiques, l’industrie touristique exploite le genre avec adresse. Pourtant, tout donne à penser qu’elle devra réviser ses méthodes….

 

 

 

One thought on “LES ETES SE SUIVENT ET SE RESSEMBLENT

  1. Clement

    Belle analyse, bravo, ca me semble véritablement pertinent, aprés il faut tout de meme penser aussi au fait que cette année n’a pas été des meilleures pour les acteurs touristiques, et que les
    Francais ont un budget qui fait grise mine, cela dit , pourquoi pas miser sur les touristes étrangers, en effet,ne dit on pas que la France est l’un des plus beaux pays du monde?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.