Touriscopie

Sur quelles vagues allons nous surfer en 2016 ?

 

12-1-11

« Le pire du pire est très vraisemblable », annonce l’économiste et éditorialiste Jacques Attali, sur son blog hébergé par L’Express. Bonne nouvelle ! D’autant qu’il énumère les raisons pour lesquelles cette nouvelle année n’incite pas vraiment à l’optimisme.

Au programme notamment : « de nouveaux attentats terroristes, d’une ampleur défiant l’imagination » y compris en France et une « aggravation » probable des conflits dans le monde. Au programme aussi, une nouvelle crise financière… due aux crédits spéculatifs des entreprises et l’absence de régulation ? Bien sûr, il ne s’agit que d’un point de vue et le pire n’est pas toujours obligatoire. Mais, pour ceux qui y croient, sachez que les astrologues sont également pessimistes sur l’année à venir.

Certes, la prédiction reste de la prédiction. Et l’avenir, un temps incertain et opaque sur lequel mieux vaut ne pas trop spéculer. Mais, il faut bien convenir que, quand le futur se base sur une actualité hélas bien réelle, il a quelques chances ( ou risques) de se concrétiser.

Pour notre part, nous ne sommes pas forcément très optimistes, malgré notre confiance dans le secteur touristique et ses capacités à rebondir et à braver les crises. Nous sommes d’autant moins optimistes que nous avons la conviction qu’il faudra apprendre à composer avec l’adversité et changer en partie nos pratiques et comportements pour surfer sur les vagues de demain avec adresse et succès.

En attendant, nous publierons début janvier notre hors série 2016 sur « Les 10 grands débats » à ne pas esquiver dans les mois qui viennent.