Touriscopie

Les start-up devraient relire Epicure

Les start-up devraient relire Epicure

images-1

La dernière promotion du Welcome City Lab – www.welcomecitylab.com- reflète en partie les besoins non satisfaits du côté des touristes. C’est son mérite. D’ailleurs, même les start-up non sélectionnées fournissent un éclairage sur les petites idées qui pourraient devenir de grandes « licornes », soyons ambitieux, et simplifier la vie des touristes !

Par exemple : les recherches autour de la problématique du « bagage du dernier jour » dont on ne sait que faire quand on doit quitter son hébergement et qu’on a un avion tard le soir, ne sont pas inutiles. Tout le monde ne séjourne pas à l’hôtel, les consignes sont rares. Donc « Gustave » pourrait s’en occuper.

Les tâtonnements autour du moyen de lutter contre les faux avis ont aussi leurs chances de se révéler un jour indispensables. C’est le but de : www.tripnlive.com qui propose une appli permettant à tout client d’un hébergement de réaliser un petit film standard et de le poster pour montrer la réalité, sans ambiguité… Mais, le pari et loin d’être gagné.
Les projets déjà très avancés concernant la possibilité de régler en groupes des billets de transport sans qu’il y ait une avance de trésorerie de la part d’un membre du groupe, vont pour leur part, dans le bon sens. Plusieurs start-up s’en occupent.

LE LIEVRE ET LA TORTUE ?

 

gaston-lagaffe---le-cas-lagaffe-242224-250-400

Pendant que professionnels et grand public prennent le chemin du Salon Mondial du tourisme, les enquêtes, sondages, baromètres reprennent le chemin des médias où ils sont traités sans beaucoup de discernement. Peu importent les méthodes, les échantillons, les supports utilisés par les statisticiens et les enquêteurs. Ainsi, pendant que l’excellent baromètre Oppodo/ Raffour interactif fait le bilan des départs longue durée, marchands et non marchands, et de courte durée, marchands, pour l’année 2015, et enregistre une baisse de 2% de ces départs, le SNAV propose ses observations sur 2016. Le syndicat souligne une hausse de 1,5% pour les 2 premiers mois de l’année, avec en tête les USA, Thaïlande, Canada, Ile Maurice… Rien à voir. D’autant qu’ il ne s’agit que d’un reflet des ventes en agences membres du SNAV.

Evidemment, le SETO offre lui aussi un panorama des achats de voyages, mais sur la période allant de novembre 2015 à fin février 2016. Il enregistre pour sa part une baisse de 3,8%. Mais, là encore, ne sont concernées que les agences membres.

Autre type de sondages : Lastminute constate que : « 2016 donne des envies d’évasion aux Français ! A l’étranger, pour 47,2%. En moyenne deux fois dans l’année pour 37,8%. Mieux, nos compatriotes seraient devenus un peuple de grands voyageurs, avec 64% de personnes alternant grandes vacances et courts séjours ! Evidemment, tous ces pourcentages ne concernent que les utilisateurs de Lastminute.

Le futur, le présent, les trompe l’oeil

zuckerberg_6

Marc Zuckerberg à Barcelone. Mobile World Congress. Février 2016

 

La nouvelle passe relativement inaperçue en France. Pourtant, le journal britannique The Guardian est formel : les réservations estivales pour la Grèce chutent de 20 à 60%, selon les îles. Une catastrophe pour une destination vivant en bonne partie du tourisme et qui avait cru en sa bonne étoile, après un été 2015 record. Ravagée par les arrivées incessantes de nouveaux migrants sur ses plages et désormais à Athènes, c’est la double peine pour la Grèce dont on oublie de dire que les comptes pourtant se redressent. Certes, compte tenu de la compression de notre espace temps, l’été est loin et la situation pourrait se rétablir.

Du côté de l’Iran, tout va bien, si on se contente de l’annonce de la progression du camp réformateur aux dernières législatives. Entendue d’une oreille et d’une oreille seulement, la nouvelle sous entendrait que le pays va enfin s’ouvrir aux touristes et offrir une destination de très grande qualité à des Occidentaux assoiffés d’Orient. Mais, dans la république islamique, les conservateurs n’ont pas dit leur dernier mot. D’autant qu’ils restent majoritaires, partout dans le pays, excepté la capitale. D’ailleurs, la relance de la Fatwa contre Salman Rushdie démontre que la liberté est encore loin d’être au rendez-vous des Iraniens et Iraniennes. Ces femmes dont on célèbre à longueur de médias, l’éducation, la culture, le courage et la lutte pour la liberté. A quelques jours du 8 mars et de la journée des femmes, convenons que leur sort est loin d’être réglé, ni en Iran, ni ailleurs.

Même en France, l’étude lancée par la DGE sur les femmes et le tourisme, dont les résultats seront publiés bientôt démontre qu’il subsiste des inégalités entre sexe faible et sexe dit fort, dans bon nombre de corporations.

On pourrait se consoler des maux de la planète en ouvrant un œil satisfait vers l’avenir. Mais, attention, le futur est plus obscur qu’on ne l’imagine. Et, ce ne sont probablement pas les milliards de datas dont on dispose qui vont permettre de l’éclaircir.