Touriscopie

Le futur, le présent, les trompe l’oeil

zuckerberg_6

Marc Zuckerberg à Barcelone. Mobile World Congress. Février 2016

 

La nouvelle passe relativement inaperçue en France. Pourtant, le journal britannique The Guardian est formel : les réservations estivales pour la Grèce chutent de 20 à 60%, selon les îles. Une catastrophe pour une destination vivant en bonne partie du tourisme et qui avait cru en sa bonne étoile, après un été 2015 record. Ravagée par les arrivées incessantes de nouveaux migrants sur ses plages et désormais à Athènes, c’est la double peine pour la Grèce dont on oublie de dire que les comptes pourtant se redressent. Certes, compte tenu de la compression de notre espace temps, l’été est loin et la situation pourrait se rétablir.

Du côté de l’Iran, tout va bien, si on se contente de l’annonce de la progression du camp réformateur aux dernières législatives. Entendue d’une oreille et d’une oreille seulement, la nouvelle sous entendrait que le pays va enfin s’ouvrir aux touristes et offrir une destination de très grande qualité à des Occidentaux assoiffés d’Orient. Mais, dans la république islamique, les conservateurs n’ont pas dit leur dernier mot. D’autant qu’ils restent majoritaires, partout dans le pays, excepté la capitale. D’ailleurs, la relance de la Fatwa contre Salman Rushdie démontre que la liberté est encore loin d’être au rendez-vous des Iraniens et Iraniennes. Ces femmes dont on célèbre à longueur de médias, l’éducation, la culture, le courage et la lutte pour la liberté. A quelques jours du 8 mars et de la journée des femmes, convenons que leur sort est loin d’être réglé, ni en Iran, ni ailleurs.

Même en France, l’étude lancée par la DGE sur les femmes et le tourisme, dont les résultats seront publiés bientôt démontre qu’il subsiste des inégalités entre sexe faible et sexe dit fort, dans bon nombre de corporations.

On pourrait se consoler des maux de la planète en ouvrant un œil satisfait vers l’avenir. Mais, attention, le futur est plus obscur qu’on ne l’imagine. Et, ce ne sont probablement pas les milliards de datas dont on dispose qui vont permettre de l’éclaircir.

D’autant que les Oculus rift dont les yeux des technophiles se couvrent, ont plutôt pour fonction de nous proposer une réalité virtuelle. C’est en tout cas le sens de la venue du patron de Facebook au Mobile World congress de Barcelone, fin Février. Les yeux découverts, il avance d’un pas sûr dans une salle dont tous les membres portent des casques et ont les yeux plongés dans le virtuel. Pour Zuckenberg, pas de souci : lui sait parfaitement où il va : la vidéo à 360 degrés, porte d’entrée dans le monde très virtuel qui assurera l’avenir de son groupe.

… Enfin, pour ce qui concerne Touriscopie et de sa dix neuvième année de navigation sur les eaux de la presse, du tourisme, de la sociologie, il est désormais disponible en version PDF sur  demande de la part de ses abonnés. Une nouveauté dictée par les impondérables de la réalité économique. Une réalité bien loin d’être virtuelle. Nouveaux temps, nouvelles mœurs : le changement c’est maintenant…

 

SUR L’AGORA DE TOURISCOPIE, LES DÉBATS CONTINUENT…

Parmi des dizaines de nouvelles, nous avons choisi plusieurs sujets de réflexion capables d’enrichir l’avenir immédiat et à moyen terme. Ces sujets sont développés pour nos abonnés, dans les fiches payantes de Touriscopie

• La consommation renoue avec plaisir

photo 4

Fait social et économique, la consommation est le miroir des humeurs d’une époque. Décryptée par les économistes et les sociologues, elle en dit long sur la petite histoire des hommes et la grande Histoire de l’humanité. Or, aujourd’hui, après des années de crise, tous les instituts sont d’accord pour constater qu’elle semblerait repartir à la hausse. Mais, tout en ayant pris de nouvelles habitudes sur lesquelles il est sûr que les Occidentaux ne reviendront probablement pas. Ils les aménageront au fur et à mesure de leurs besoins… tout en renouant avec le plaisir de consommer.

• Les machines vont-elles tout prévoir et prédire ?

images-1

L’histoire nous dira que la prévision a toujours fait partie des aspirations les plus partagées par l’humanité. Source d’angoisse, l’avenir fut sondé, imaginé, deviné, annoncé… via toutes sortes de pythies, devins, astrologues… Puis, bien plus tard, par des prospectivistes aux visages et compétences pluriels, chargés de planifier les économies nationales et les politiques publiques. Aujourd’hui, alors que le futur continue de nous obséder, les « datas » se prétendent un tremplin vers le futur accessible à tous … Mais, qu’en est-il de ces machines à prévoir les lendemains ? Doit-on en attendre des performances exceptionnelles ?

• Le temps de lecture en baisse régulière

20121130_083202_ipadworkforce_500

Plus des trois quarts des journaux à grand tirage aux Etats-Unis utilisent aujourd’hui un modèle payant pour leur site internet, selon une étude de l’American Press Institute, alors qu’ils n’étaient qu’une poignée en 2010. La multiplication des supports numériques, sur écrans fixes et mobiles a considérablement augmenté la masse d’informations disponibles. Elle a également contribué à modifier les comportements de lecture et d’acquisition de l’information. Le secteur du tourisme autant que les autres n’a pas échappé au phénomène. Pour autant, les temps de lecture ont-ils augmenté ? Et l’information est-elle mieux mémorisée et digérée ?

• Euro 2016 : Abritel ravit le sponsorise à Airbnb

2015-01 Foot 3

A quelques mois d’un événement majeur : l’Euro 2016, Paris et la France mettent les bouchées doubles pour accueillir une manifestation « populaire » dont la réussite devrait rétablir la bonne image de la France sur les publics internationaux. Pendant que l’on peaufine les questions relatives à la sécurité et l’accueil, les professionnels du tourisme sont tout aussi fébriles. Quant aux deux géants de l’hébergement collaboratif, ils occupent le terrain pour attirer vers leurs locations, les supporters. Deux géants et pas un puisque Abritel/HomeAway racheté par Expédia entend désormais se battre sur le même terrain qu’Airbnb et faire valoir son antériorité et éventuellement sa supériorité. Pour cela, le groupe américain sponsorise l’Euro 2016 et le fait savoir à grands coups de publicité.Ce duel nous en dit encore plus long sur la toute puissance du collaboratif qui entre aujourd’hui dans le portefeuille de tous les grands groupe, y compris AccorHôtels.

• Les wellness events réinventent le bien être

yoga-in-miami-thumb

La demande de bien être est une tendance lourde à laquelle on répond efficacement, en faisant évoluer l’offre. Mais attention, dans un secteur sensible aux effets de mode, un Spa signé Thalgo par exemple, est d’ores et déjà downstream alors que les cures de thalassothérapie sont jugées démodées par les jeunes générations. En fait, dans un univers très dynamique, les choses évoluent plus vite et profondément qu’elles n’en ont l’air. Il faut dire que la conception holistique du bien-être s’est résolument imposée et s’est assortie d’une dimension résolument conviviale et ludique : les « wellness festivals ».

  Les «  Fuerdais » défraient l’actualité

mode-chinoise-3

En permanence sous les feux de l’actualité, la Chine laisse échapper toutes sortes de nouvelles plus ou moins optimistes ou alarmistes. Entre récession et musellement de la presse, on apprend par exemple une nouvelle qui n’étonne même plus : à savoir que les touristes chinois à l’étranger sont sensés avoir consommé la moitié des produits de luxe en vente sur le marché international, alors que leur consommation en Chine, s’est rétractée d’environ 2%, ces derniers mois. Formels, les observateurs encouragent donc les grandes marques internationales à mettre en place des stratégies très pointues pour ne pas passer à côté de ces acheteurs acharnés qui ont en moyenne une trentaine d’années et parmi lesquels certains, baptisés les « Fuerdais » sont immensément riches et perturbants pour leurs concitoyens…

• Les géronto migrants : un marché surestimé

homeaway-1

A l’heure où le Salon des seniors braque l’actualité sur les nouvelles populations de retraités, les statistiques concernant leurs déplacement touristiques sont bel et bien alléchantes. Mais, attention, on a beaucoup, sans doute trop, gloser sur le formidable marché que représentent les retraités pour le secteur touristique. Mieux ! A en croire les médias dominants, bon nombre d’entre eux s’exilent volontiers vers des cieux plus cléments que les nôtres. Vrai ou faux ? Et qu’en sera-t-il demain ? Par ailleurs, qu’en est-il des longs séjours pratiqués par des retraités européens sous les soleils du sud et des voyages des seniors tout simplement ? Les réponses sont plus nuancées.