Touriscopie

LE LIEVRE ET LA TORTUE ?

 

gaston-lagaffe---le-cas-lagaffe-242224-250-400

Pendant que professionnels et grand public prennent le chemin du Salon Mondial du tourisme, les enquêtes, sondages, baromètres reprennent le chemin des médias où ils sont traités sans beaucoup de discernement. Peu importent les méthodes, les échantillons, les supports utilisés par les statisticiens et les enquêteurs. Ainsi, pendant que l’excellent baromètre Oppodo/ Raffour interactif fait le bilan des départs longue durée, marchands et non marchands, et de courte durée, marchands, pour l’année 2015, et enregistre une baisse de 2% de ces départs, le SNAV propose ses observations sur 2016. Le syndicat souligne une hausse de 1,5% pour les 2 premiers mois de l’année, avec en tête les USA, Thaïlande, Canada, Ile Maurice… Rien à voir. D’autant qu’ il ne s’agit que d’un reflet des ventes en agences membres du SNAV.

Evidemment, le SETO offre lui aussi un panorama des achats de voyages, mais sur la période allant de novembre 2015 à fin février 2016. Il enregistre pour sa part une baisse de 3,8%. Mais, là encore, ne sont concernées que les agences membres.

Autre type de sondages : Lastminute constate que : « 2016 donne des envies d’évasion aux Français ! A l’étranger, pour 47,2%. En moyenne deux fois dans l’année pour 37,8%. Mieux, nos compatriotes seraient devenus un peuple de grands voyageurs, avec 64% de personnes alternant grandes vacances et courts séjours ! Evidemment, tous ces pourcentages ne concernent que les utilisateurs de Lastminute.

Ce n’est certes pas la première fois que nous déplorons une telle anarchie dans les statistiques touristiques publiées sans beaucoup de précautions par des médias peu regardants sur la véracité et le sérieux des chiffres. Quand cela changera-t-il ? Probablement, jamais… D’autant que les flots de data non analysées vont encore désorganiser les compteurs.

En fait, peu importe le sérieux, pourvu que l’on ait quelque chose à publier avant ses confrères et que l’on puisse gagner la course de vitesse que beaucoup s’imposent ! Alors que, à l’inverse, les instituts officiels prennent leur temps, recueillent, compilent, analysent avec parfois deux ans de retard ! Un dernier constat éloquent sur les ruptures et les dysfonctionnements qu’affichent nos trop « vieux » pays.

… Pendant ce temps, beaucoup plus préoccupant sur le plan touristique : l’Europe rétablit en partie ses frontières. L’Allemagne, puis l’Autriche, la Suède, le Danemark, la Norvège, la France et la Belgique réintroduisent depuis six mois des contrôles d’identité et des clôtures pour stopper réfugiés, terroristes et migrants, et rassurer des opinions publiques inquiètes… Sans oublier un certain Donald Trump vociférant contre l’émigration, sans le moindre scrupule… Comme s’il ne s’agissait que d’épiphénomènes loin de pouvoir gêner la bonne marche du tourisme.