Touriscopie

1936 : LES VACANCES, UNE IDEE NEUVE !

 

IMG_0803

 

TOURISCOPIE. N° 188. Mai/juin 2016

 

A l’heure ou la loi El Khomry déchaine les frondes, l’on pourrait fêter les 80 printemps de la loi sur les congés payés votée en juin 1936. Laquelle rendait obligatoires deux semaines de congés payés alors qu’une autre loi réduisait le temps de travail hebdomadaire à 40 heures. Voilà donc 80 ans que les congés payés sont entrés dans la vie des Français. Symbolisées par des images qui sont désormais complètement ancrées dans les imaginaires, ces deux semaines constituent un acquis social de toute première importance pour les habitants de l’Hexagone, auxquels on reproche à tort, de ne pas travailler autant que les autres pays occidentaux. Depuis 1936, il faut dire que les deux semaines de vacances obligatoires se sont sérieusement allongées : une troisième semaine sous le gouvernement de Guy Mollet, une quatrième dans la foulée de Mai 68, une cinquième semaine en 1981 ainsi qu’une loi réduisant à 39 heures le travail hebdomadaire, sous la présidence de François Mitterrand et enfin, les RTT en 2002 !

Nous avons donc du temps pour nous. Nous en avons même de plus en plus, puisque le temps de travail s’est considérablement réduit. Selon Jean Viard, dans son ouvrage : « Le triomphe d’une utopie : la révolution des temps libres » ( Editions de l’Aube. 2015), depuis la révolution industrielle, dans les pays développés, on est passé d’une vie moyenne de 500 000 heures à une vie moyenne de 700 000 heures. La durée moyenne du travail salarié est passée pour sa part de 200 000 heures à 70 000 heures !

Et pourtant, nous sommes toujours stressés par le manque de temps ! Le temps libre est bel et bien une denrée précieuse, voire indispensable à une existence d’individu « normal », emporté dans la tourmente d’une aspiration dominante à l’hédonisme. Car « libre » est synonyme de « liberté » dans une société qui, comme la nôtre, en a fait sa devise.