Touriscopie

2020 : UNE NOUVELLE ANNEE FOLLE

Il n’a échappé à personne qu’un siècle s’est écoulé après la fin de la première guerre mondiale et les débuts du charleston, du swing, des robes au genou pour les femmes et des coupes à la garçonne. 1920 consacrait le début « des années folles » et de l’espoir immense d’un monde traumatisé par la guerre de renouer avec la paix. Courtes années d’illusion. Vingt ans plus tard, une nouvelle guerre ravageait la planète… Cent ans, plus tard, il n’est pas certain que la nouvelle décennie qui s’ouvre ne soit pas victime d’une nouvelle crise de folie ! Ou à défaut d’une crise de nerfs !

La tentation de rapprocher les années folles du siècle, voire du millénaire passé, avec nos années 2020, est suffisamment grande pour que de nombreux observateurs et journalistes profitent de l’aubaine et s’essaient à la comparaison. L’institut Ipsos dans son rapport annuel sur la société française succombe aussi à la tentation…”les trend setters perçoivent un contexte général inquiétant et perturbé que les gouvernants ne semblent pas traiter, voire attisent”, est-il précisé.

Pire, “dans un monde dont ils craignent qu’il soit devenu incontrôlable, le nombre de paradoxes et de décalages perçus génère une déstabilisation mentale forte” poursuivent les analystes. Une mauvaise nouvelle confirmée par l’OMS qui enregistre une augmentation sensible des désordres mentaux dans plusieurs pays. Avec un nouveau héros à la clef : le personnage au masque de clown du film “Joker” que des milliers de personnes plagient lors de manifestations diverses.

Nos années folles ont donc bel et bien une tonalité pathologique. Ni joie, ni optimisme. Au contraire :

– Nos années folles sont celles d’incendies dévastateurs en Australie que l’homme n’arrivera pas probablement pas à conjurer, livrant à la mort des millions d’animaux dont ces misérables koalas et kangourous. Une préfiguration tragique de ce qui risque de se produire dans bon nombre d’autres coins sensibles.

– Nos années folles, ce sont des millions de personnes dans les rues iraniennes et irakiennes bientôt armées d’une bombe atomique, criant à la vengeance contre un président américain pyromane. Et c’est tout le tourisme prometteur du Moyen Orient qui se dissipe en fumée !

 – Nos années folles ce sont 600 millions d’individus dans un pays en pleine croissance économique surveillés en permanence et notés par un gouvernement bien décidé à contrôler vie publique et vie privée de ses ressortissants et pourquoi du reste de la planète afin de déployer ses routes tentaculaires trompeusement appelées routes de la soie » alors qu’il s’agit d’impérialisme économique.

– Nos années folles c’est un président turc pressé de reconstituer un empire ottoman dépecé il y a un siècle, prêt à enflammer le bassin méditerranéen et l’or qu’il représente pour l’industrie touristique.

– Nos années folles c’est la perspective de voir un monde vieillissant s’appauvrir et avoir du mal à survivre alors que les progrès médicaux n’ont jamais été aussi encourageants et les riches aussi riches.

Nos années folles ce sont des épidémies se répandant au grand galop en fragilisant l’humanité.

– Nos années folles ce sont des milliers avions sillonnant un ciel de plus en plus pollué et saturé pendant que des trains de nuit reprennent timidement du service.

– Nos années folles ce sont ces montagnes de plastique errantes sur la surface des océans contre lesquels la suppression des cotons tiges ne fera pas grand chose, ne fera rien !

– Nos années folles ce sont des « Grands projets inutiles et imposés » qui criblent la carte de France au grand dam de populations locales en quête de verdure. Centres commerciaux, ports,  hôtellerie de luxe en montagne pour une clientèle étrangère lointaine qui brûlera quelques tonnes de CO2 pour venir s’essayer au ski !

– Nos années folles ce sont heureusement, des femmes qui relèvent la tête et décident de se battre contre leurs agresseurs, des jeunes qui manifestent, des associations qui se battent contre les aberrations dont nous sommes non pas responsables mais coupables.

… Nos années folles ce sont bien des gadgets qui permettent de retomber en enfance et des écrans gavés d’Intelligence artificielle omni présents rendant toutes sortes de services, simplifiant notre quotidien, facilitant notre accès à l’information et l’achat de toutes sortes de marchandises. Parmi elles, ces merveilleux voyages qui continuent de faire rêver une partie de l’humanité en quête désespérée d’ailleurs susceptibles de transformer sa grisaille en moments de liberté, de transgression, de plaisir et de folie dont nous reparlerons tout au long de l’année.

… Mais de « douce folie », de celle qui permet de continuer à vivre porté par des notes positives, à l’abri des menaces d’un « macro monde » incontrôlable.

Très bonne année 2020 !

Josette Sicsic

Touriscopie