Touriscopie

Tableau de bord

TABLEAU DE BORD 2016

TABLEAU DE BORD 2016
 

 printcomp.aspx

LES GRANDS DÉBATS DU TOURISME

Ce numéro a été réalisé, à l’occasion de leur dixième anniversaire, avec  la participation des bloggers de : 

 www. etourisme.info

Un site qui publie tous les jours un article de veille, d’enquête, d’analyse sur le numérique dans la sphère touristique, principalement institutionnelle, en France et à l’étranger et qu’il est aussi fondateur de rencontres comme les Franco-Belges-Québécoises.

 

Cette année, le Tableau de Bord de Touriscopie a délibérément choisi d’éviter d’évoquer l’année passée et l’année à venir en termes de « tendances ». Effet de mode ? Volonté de se démarquer des trop nombreuses « tendances » déversées partout sur le Web qui se targuent toutes de nouveauté ? En partie.

En fait, nous avons surtout eu à cœur, d’examiner des indicateurs fiables comme la géopolitique, l’économie, l’environnement, les évolutions technologiques, les mutations culturelles et celles de l’information, afin de dégager des problématiques essentielles pour le secteur touristique.

QUATRE GENERATIONS TOURISME

 TOURISCOPIE. TABLEAU DE BORD 2015

20676868-bonne-ville-touristique-de-tourisme-a-la-carteA l’heure où nous bouclons ce numéro annuel destiné à apporter un éclairage détaillé sur les quatre générations qui constituent aujourd’hui la population touristique, la France est en deuil. La presse aussi. Le monde « civilisé » également. Il aura suffi de quelques minutes, puis de quelques heures et d’un autre drame, pour faire basculer un pays en proie à une dépression endémique dans un malaise encore plus profond. Celui de l’incrédulité, puis de l’impuissance face à un acte de barbarie inimaginable et insoutenable. Une cinquantaine de coups de feu et 12 personnes à terre dont deux policiers, des journalistes, des dessinateurs de presse. Et, pas des moindres. Ceux de Charlie Hebdo.

Tout un symbole ! Surtout pour la génération du baby boom qui avait cru pouvoir éradiquer les interdits et accéder à la liberté intégrale, en faisant confiance à des avant postes d’une sorte de révolution permanente, celle des esprits libres, dans un pays prônant depuis prés de 250 ans, la liberté, l’égalité, la fraternité !

… Et, la France a cessé de rire. Elle s’est mise à pleurer non seulement sur son présent. Mais sur un avenir qui ne sera pas celui qu’elle avait tenté de construire. Finie la perspective des « lendemains qui chantent ». Ce sont, prédit parmi d’autres, le philosophe Alain Finkielkraut, « des lendemains qui hurlent » qui nous attendent.

Car, plus que des actes barbares, les massacres insensés de Paris qui ont fait de nous tous, instantanément, des « Charlie » traduisent le malaise d’un monde occidental qui, à force de tolérance, s’est pris les pieds dans son propre piège et voit l’étau des guerres d’un autre temps se resserrer sur lui. Comme il se resserre sur des pays autrefois en paix, où malgré les dictatures, on tentait de cheminer vers l’apaisement et l’équilibre démocratique.

TABLEAU DE BORD. 2013. UN TOURISTE INTEMPOREL

Couv-TB-2013_M

TOURISCOPIE. TABLEAU DE BORD 2013

LES ÉCRIVAINS PARLENT DE TOURISME… de JJ. Rousseau à Jacques Kérouac en passant par Henry Miller, Théophile Gautier ou Sigmund Freud : voilà deux siècles que des écrivains évoquent leurs voyages et démontrent que les comportements et les attentes d’hier sont aussi celles d’aujourd’hui.
 

 Le refrain selon lequel les évolutions de nos sociétés sont constantes, régulières, permanentes et radicales est désormais entré dans tous les esprits. Telle une rengaine, il se fredonne de colloques en symposiums, de rencontres en forums, sur des airs de marketing.

Pour notre part, nous avons largement contribué depuis plus de 15 ans, à le mettre en musique, soulignant les moindres changements, tant sur le plan économique que démographique ou technologique, capables de modifier un tant soit peu les comportements touristiques.

L’heure est-elle venue de faire notre mea-culpa et de revenir sur quinze ans d’observation sociétale, nos tentatives de recommandations, nos esquisses prospectives ? Avons nous eu raison d’insister sur l’hédonisme contemporain, la quête de sens, le marketing de la nostalgie, la demande de bien-être spirituel et corporel, le renforcement de l’individualisme, les nouvelles façons de lire et d’écrire, de s’informer, d’acheter ou de ne pas acheter ?

De l’euphorie des années start-up à la dépression économique et morale actuelle, avons nous eu raison de surfer sur la montée en puissance du marché des seniors, des familles monoparentales, sur le déferlement de la vague verte, sur la recrudescence des aspirations ludiques, sur le tourisme de repérage, de validation, d’aventure, sur les nouvelles peurs, sur les nouvelles envies ?